Le message de Vincent MOLINA, Président du SyNESI, aux employeurs d’Ateliers et Chantiers d’Insertion :

Chers adhérents,

Chers employeurs spécifiques d’insertion,

Avant tout, je vous adresse à vous, ainsi qu’à vos salariés une bonne et heureuse année 2019 ; en souhaitant à chacun, chacune, pleine réussite, belle prospérité, sans oublier une bonne santé, indispensable dans notre métier et clé de voûte d’un épanouissement personnel. Et bien sûr, j’associe à ces vœux l’ensemble de vos structures…

Si 2018, a été une année d’enjeux, 2019 n’aura rien à lui envier !

2018 nous laissera l’impression d’une course folle pour sportifs de haut-niveau : réformes en continue, ordonnances du code du travail, formation professionnelle et qui, pour celles qui nous concernent le plus, nous ont accaparés si souvent. De telles mesures remettent en question les règles des réformes précédentes, parfois avant même d’avoir pu concrètement les appliquer ! Après ce marathon, nous terminons l’année avec une suppression de l’exonération spécifique des charges sociales sur les contrats de nos salariés polyvalents au profit d’une réduction généralisée de celles-ci et un sprint sur une ligne d’arrivée avec la mise en place d’un Comité de l’Inclusion à l’Emploi qui nous laisse tout aussi essoufflés que dubitatifs…

Dans ce « Tour de France », nous sommes loin d’avoir le maillot jaune, ni d’ailleurs le gilet… Et pourtant…

Reprenons vite des forces : 2019 est là !

Tout d’abord les réformes : à nos structures de les appliquer. Afin de vous accompagner dans cette démarche, le SyNESI mettra autant qu’il est possible ses compétences et ses moyens à votre disposition. Mais soyons réalistes, devant l’énormité de la tâche, il n’est pas concevable d’accompagner qualitativement l’ensemble de la profession et nos moyens seront mis en priorité à disposition de nos adhérents.

La réforme de la formation professionnelle modifie profondément le système actuel, notamment avec la disparition des OPCA, de l’avènement des OPCO, dont nous ne savons encore à cette heure, si le projet d’OPCO de la cohésion sociale que nous soutenons pourra voir le jour. Dans une profession telle que la nôtre, où la formation joue un rôle essentiel, voire capital, il est nécessaire que la mise en place de cette nouvelle loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » soit bien assimilée par les employeurs de notre branche et que les passerelles naturelles existant entre formation et insertion soient renforcées. La complexité engendrée par la double vocation de nos structures, insertion et production, les besoins de liens avec les branches professionnelles concernées par nos productions, rendent difficiles notre attachement à un OPCO unique et il faudra bien trouver avec les pouvoirs publics les moyens de mettre de la souplesse dans ces nouveaux rouages…

Et puis, cerise sur le gâteau… ou, au regard de la période de l’année, fève dans la galette, vient s’ajouter une énième réforme de l’IAE ! Alors que la précédente, à l’instar de la formation professionnelle, vient à peine d’être complètement mise en application et que l’absence d’une réelle évaluation de celle-ci nous a privés d’exprimer notre vision professionnelle des choses… Et après des rapports tendant à confondre production et rentabilité, insertion et contrat aidé, inclusion et formation en situation de production, nous allons remettre notre ouvrage sur le métier et retisser notre façon de faire et surtout… les moyens pour le faire.

Voici une chance qui s’offre à nous. Faisons de ce qui s’impose, l’opportunité de faire entendre nos voix ! Non sur des « ronds-points » mais bien à la table de négociation ! Profitons de cette situation pour faire reconnaître que l’insertion, c’est un métier ! Ce n’est pas un accueil de personnes en contrat aidé signant une convention avec un employeur qui répond aussi, légitimement, à ses besoins par ce biais. L’Insertion par l’Activité Economique (IAE), c’est un projet en tant que tel, un métier qui nécessite des savoir-faire que nous possédons. Et qui plus est, c’est par vocation un métier d’EMPLOYEUR !

Jamais notre rôle de syndicat ne sera aussi important ! Nous devons imposer la vision de l’employeur spécifique d’insertion au service exclusif de nos salarié(e)s polyvalent(e)s afin qu’elles puissent être maîtres et maîtresses de leur inclusion dans l’emploi !

Notre représentativité va être primordiale. Nous disposons actuellement d’un atout avec nos 30% de représentativité qui devront, non seulement être conservés, mais de toute évidence, accrus. Jamais nous n’avons eu autant besoin de vous. Vos adhésions au syndicat, bien au-delà de leur valeur financière, lui octroie la légitimité nécessaire à sa reconnaissance et, par conséquent, sa légitimité à pouvoir défendre VOS intérêts, à faire entendre VOTRE voix, à être efficace pour mener à bien la mission que VOUS lui confiez. Sans vouloir occulter le rôle des réseaux, qui sont par ailleurs des interlocuteurs privilégiés et avec qui nous entretenons les meilleures relations, et qui sont un de nos principaux relais en direction des employeurs de la branche. Nous avons une légitimité légale, validée par les textes régissant le paritarisme, de représentation des employeurs d’ACI. Nous devons nous servir de cette légitimité pour nous faire entendre dans les débats qui vont échafauder les nouvelles règles de gestion de l’IAE.

Enfin le quotidien du syndicat reste d’actualité avec la gestion et la mise en conformité de notre convention collective, les négociations paritaires en cours sur son évolution comme par exemple l’aménagement du temps de travail ou l’avènement de nouveaux emplois repères afin de répondre encore mieux aux besoins dans nos équipes.

Comme vous le voyez, une année encore bien chargée nous attend. Mais avec votre soutien nous arriverons, j’en suis certain, à remplir la mission que vous nous avez confiée. Nous croyons en notre projet qui, je le répète, est avant tout d’être à VOTRE service et à celui de notre métier spécifique d’insertion.

Vincent MOLINA

Président du SyNESI